Bach

 Bach

 

 

I Naissance et enfance

 Jean Sébastien Bach (en allemand Johann Sebastian Bach) est le dernier des huit enfants de Johann Ambrosius Bach et Elisabeth. Il naît à Eisenach le 31 mars 1685 dans une famille réputée pour ses musicens et est baptisé à l'église Saint-Georges le 23 mars 1686.

Il passe toute son enfance dans son village natal, où son père et son cousin l'initient à la musique. À 8 ans, il est accepté à l'école de latin des dominicains d'Eisenach. Sa mère meurt le 3 mai 1694 et son père, le 20 février 1695, lorsqu'il a respectivement 9 et 10 ans. Suite à cette tragédie, il est alors recueilli par son frère, Johann Christoph Bach, alors âgé de 24 ans, et par sa tante Johanna Dorothea. Il va au lycée pendant que son frère le forme aux instruments à clavier. Jean Sébatien Bach montre un certain talent pour la musique et devient rapidement choriste.

Le 15 mars 1700, à l'âge de 15 ans, il se rend au pensionnat Saint-Michel à Lunebourg. Il est admis, avec un ami, dans la manécanterie de la Michaelisschule, qui accueille les jeunes garçons pauvres ayant une belle voix; il y apprend la rhétorique, le latin, le grec, le français, mais aussi la musique. Georg Böhm l'initie au style musical de l'Allemagne du nord.

Il rencontre aussi à Lunebourg des musiciens français émigrés, dont Thomas de La Selle, élève de Lully: il découvre ainsi un autre genre de musique. Il recopie intégralement l'œuvre d'orgue de Nicolas de Grigny. Après la mue de sa voix, il se tourne vers la pratique instrumentale: orgue, clavecin, et violon.

En 1701, il se rend à Hambourg et y rencontre deux grands virtuoses, Johann Adam Reinken et Vincent Lübeck.

dyn001-original-319-388-pjpeg-2625226-4c2e397862775e061188b2e3134d1cb8-1.jpg

 

 

 

 

 

 

 

II Vie et carrière

 1) Début

 Lorsqu'il obtient son diplôme, en janvier 1703, Bach prend un poste de musicien dans la chapelle du duc Jean-Ernest III de Saxe-Weimar à Weimar. Durant son séjour làs-bas, il se forge une solide réputation d'organiste et est invité à inaugurer le nouvel orgue de l'église de Saint Boniface d'Arnstadt.

En août 1703, il accepte le poste d'organiste de cette église. Non satisfait du choeur, Bach quitte Arnstadt pendant plusieurs mois de 1705 à 1706 sans autorisation, ce que le consistoire de la ville lui reproche. Lors de son absence, il rend visite à Buxtehude à Lübeck. C'est à cette époque que Bach achève d'élaborer son art du contrepoint et sa maîtrise des constructions monumentales. Quand il revient, on lui reproche sa nouvelle façon d'accompagner l'office car il y ajoute un contrepoint « trop riche ». Le consistoire l'accuse aussi de profiter des sermons pour rejoindre la cave à vin, et de jouer de la musique pour une « demoiselle étrangère » qui pourrait bien être Maria Barbara.

De 1707 à 1708, il est organiste à Mühlhausen. Il y écrit sa première cantate. Il composera durant sa vie plus de trois cents cantates. Plusieurs dizaines de ses compositions sont perdues, dont une grande partie datant de cette période.

 

2) Mariage

Alors que Bach peine à se loger à un prix convenable, il épouse, le 17 octobre 1707 à Dornheim, sa cousine Maria Barbara, dont il admire le timbre de soprano. Ils ont sept enfants, dont quatre atteignent l'âge adulte.

 

Bach rassemble une bibliothèque de musique allemande, et fait travailler le chœur et le nouvel orchestre. Le gouvernement de Mühlhausen, satisfait du musicien, accepte de faire rénover à grands frais l'orgue de l'église St Blasius, et confie à Bach la supervision des travaux.

 

  

3) Organiste à Weimar

 

Cependant, un conflit naît au sein de la ville. Bach, sentant que la situation ira en se dégradant, accepte une meilleure situation à Weimar.

De 1708 à 1717, il est organiste et premier violon solo à la chapelle du duc de Saxe-Weimar. Il dispose de l'orgue, mais aussi de l'ensemble instrumental et vocal du duc. Au cours de cette période, il crée la plupart de ses œuvres pour orgue, dont la plus connue, la célèbre Toccata et Fugue en ré mineur. Il compose également de nombreuses cantates, et des pièces pour clavecin (ancêtre du piano) inspirées des grands maîtres italiens et français. Bach a adopté leurs aspects stylistiques. Il retranscrit, pour le clavecin et l'orgue, des concertos de Vivaldi.

Il a comme élève le neveu du duc et son héritier, Ernest-Auguste. Celui-ci, est bon claveciniste, mais critique ouvertement la politique de son oncle. Bach passe une bonne partie de son temps au château d'Ernest-Auguste. Voulant marquer son mécontentement à l'égard de son neveu, le duc de Weimar interdit aux musiciens de jouer chez ce dernier, mais Bach ne tient pas compte de cette interdiction. Le duc s'en trouve alors offusqué.

imagescajaes8k.jpg

 

 

 

 

 

 

 

4) Herr Kapellmeister

 En 1716, le maître de la chapelle, Drese, meurt. La place doit alors revenir à Bach, mais le duc nomme le fils de Drese. Bach affiche alors ouvertement son soutien à Ernest-Auguste et cesse d'écrire des cantates pour Guillaume II.

Le beau-frère du duc Ernest-Auguste, ayant été très impressionné par la musique écrite par Bach, propose à ce dernier le poste de maître de chapelle de la cour de Köthen, le plus élevé des postes de musiciens permettant à Bach d'être appelé Herr Kapellmeister. Bach accepte cette offre. En apprenant la nouvelle, le duc emprisonne Bach durant un mois, du 6 novembre au 2 décembre.

De 1717 à 1723, il est maître de chapelle (Kapellmeister) à la cour du prince Léopold d'Anhalt-Köthen, beau-frère du nouveau duc de Weimar. Le prince, calviniste, est un brillant musicien: il joue avec talent du clavecin, du violon et de la viole de gambe. À sa cour, le prince traite les musiciens comme ses égaux. Il joue souvent avec eux, parfois même chez Bach. Le prince Léopold est par ailleurs le parrain de Leopold Augustus Bach, le dernier enfant de Maria Barbara.

Cette période heureuse est propice à l'écriture de ses plus grandes œuvres instrumentales.

 

5) Mort de sa femme

Malheureusement, sa femme Maria Barbara meurt le 7 juillet 1720, et cet événement le marque profondément. Il en est d'autant plus bouleversé qu'il n'apprend la mort et l'enterrement de son épouse qu'à son retour de Dresde. Il se remarie un an et demi plus tard avec Anna Magdalena Wilcke, fille d'un grand musicien.

Il pense quitter cet endroit empli de souvenirs à la recherche d'une ville universitaire pour les études supérieures de ses enfants. Bach cherche du travail et postule à Leipzig où il obtient le poste de Cantor le 22 avril 1723, après que cinq compositeurs l'aient refusé. Il acquiert ainsi une plus grande renommée. Peu après, il compose la « Passion selon St-Jean ».

 

6) Apogée de sa carrière

 Il enseigne dans deux écoles de la ville la musique, le latin et le cathéchisme. Mais son poste de cantor exige de lui qu' il fournisse une cantate à chaque dimanche et jour de fêtes. Il excite la jalousie de ses confrères avec ses musiciens brillants et son travail important. Bach constitue une bibliothèque et compose deux-cents cantates.

De 1723 à 1749, il écrit un gigantesque corpus pour orgue, ainsi que la célèbre «Passion selon St-Matthieu». En 1744, alors qu'il est à l'apogée de sa carrière, Bach est invité à jouer devant le roi, qui lui demande ensuite de composer une fugue.

 

III Fin de sa vie 

Malheureusement, en 1745, il commence à perdre la vue et ne peut plus travailler. En 1750, Bach est aveugle. Il subit des opérations de la cataracte suite à sa cécité mais cela ne fait qu'aggraver son état. En effet, il ne survit pas six mois; le 18 juillet, Bach recouvre la vue mais est victime d'une attaque d'apoplexie le soir même. Il meurt 10 jours plus tard, le 28 juillet 1750.

imagescah0fexo-1.jpg

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site