Les crises de 1923 et de 1929

 

Titre 1923

 

Pendant la Première Guerre mondiale, l'Allemagne a connu une forte hausse des prix liée à l'excès d'émission monétaire, aux pénuries, à une offre peu élastique. Mais, à cause d'une grave crise sociale et politique, les prix augmentent beaucoup plus vite à partir de 1919. Pour un indice 100 en 1913, on passe à 218 en 1918, mais à 1 561 en 1920 contre 327 en Grande-Bretagne et 554 en France. L'inflation s'amplifie encore à cause des mesures sociales et de la hausse des salaires qui permettent à la République de Weimar de s'installer  ; mais la monnaie, dont la chute est encore accentuée, est désormais utilisée par les entreprises qui empruntent auprès des banques, convertissent leurs emprunts en dollars ou en sterling et attendent une prime de dévaluation. La crise majeure est déclenchée à l'occasion de l'occupation de la Ruhr par les Français en janvier 1923.

Ruhr23

 

La riposte allemande prend la forme d'une grève générale soutenue par le patronat et l'État.

Affiche23

 

 

Le dollar, qui vaut 18 000 marks en janvier 1923, monte à 4 200 milliards en novembre.

10mld

 

 

 

Un nouveau mark est alors mis en place en deux étapes. D'abord, le Rentenmark, gagé sur l'économie allemande, remplacé par le Reichsmark, le 30 août 1924. L'opération a été possible grâce à un fort apport de capitaux britanniques et américains qui ont permis de reconstituer les réserves allemandes. Le mark est, après le dollar, la première monnaie à revenir à la stabilité.

Titre 1929

La gravité de la crise de 1929 aux États-Unis et en Allemagne ouvrit la voie à de profonds bouleversements politiques, contribuant à l’émergence des nationalismes.

Journal29

 

Aux États-Unis, la politique du président Hoover s’étant avérée inefficace, F.D. Roosevelt, candidat élu en novembre 1932, prit une série de mesures destinées à redresser l’économie nationale, accordant la priorité à la reconstruction intérieure sur le libéralisme économique qui, jusque-là, avait prévalu. Cette situation incita les États-Unis à adopter une politique d'isolement par rapport au reste du monde, alors qu’en Europe, les régimes totalitaires gagnaient du terrain. En Allemagne, toutes les conditions économiques et psychologiques étaient réunies pour favoriser la montée du national-socialisme. Déjà bien implanté dans le pays (176 000 membres du parti nazi en 1929, 107 députés élus en septembre 1930), le Parti ouvrier allemand national-socialiste (N.S.D.A.P.) se trouva en effet dans la crise économique  des années 1931-1932 un tremplin pour accéder au pouvoir en 1933. La politique de déflation monétaire et d’austérité sociale (réduction de l’allocation chômage) mise en œuvre par le chancelier conservateur, engendra un mécontentement général, tout particulièrement au sein de la masse des chômeurs. Les grands industriels et les hommes d’affaires allemands et à leurs tête, le président de la Reichsbank (1923-1930) qui réussit à limiter l’hyperinflation en stabilisant le cours du mark, s’allièrent au parti nazi et réclamèrent, en novembre 1932, la nomination de Hitler à la chancellerie. Celui-ci y parvint légalement le 30 janvier 1933.

 

 

 

Dès son arrivée au pouvoir Hitler entreprend de lutter contre la crise économique née en 1929. Fin 1932 il y avait environ 6 millions de chômeurs totaux et près de 8 millions de chômeurs partiels en Allemagne. Hitler avait promis à ses électeurs de lutter contre le chômage. En 1939, il n'y a plus de chômeurs. Les nazis planifient une partie de l'économie allemande. En 1939, la production industrielle a considérablement augmenté. Mais le pays a coupé la plupart de ses liens économiques avec le reste du monde en autonomie. L'effort demandé aux Allemands permet de préparer une nouvelle guerre de conquête afin d'agrandir le marché d'exportation des produits allemands et de se procurer à bon compte les matières indispensables. C'est une des causes de la Seconde guerre mondiale .

 

Hitlerpouv

 

 

 

 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×