Max Liebermann, un impressionniste allemand

Vie et œuvre


 

I. Enfance

Max Liebermann est né le 20 juillet 1847 à Berlin, il est le fils de Louis et Philippine Liebermann. Peu après sa naissance, le Décret sur le statut des Juifs entre en vigueur. Pendant sa scolarité qu'il n'aimait guère, Max découvre l'art du dessin.
 

II. Études et premières œuvres

Le 22 janvier 1868, il est renvoyé de l'université pour « manque d'assiduité aux cours ». Après cela, il intègre l'Académie des Beaux-arts de Weimar. Il y devient l'élève du belge Ferdinand Pauwels qui lui fait découvrir Rembrandt au cours d'un voyage. Cette rencontre avec Rembrandt va avoir une influence durable sur le style de Max Liebermann.

En 1870, il décide de prendre part à la guerre franco prussienne en tant qu'infirmier mais la violence de la guerre le choque et diminue son enthousiasme pour la guerre.

Son premier grand tableau a été Les Plumeuses d'oies mais lorsque Liebermann présente le tableau en 1872 à la Hamburger Kunstausstellung ce sujet inhabituel déplaît au public.

Il envoie sa deuxième grande œuvre Les Faiseuses de conserve à la grande exposition annuelle d'Anvers où il a trouvé le style qui caractérisera la première période de son œuvre : il peint, de façon réaliste et dénuée de toute sentimentalité, des hommes au travail, sans transfiguration romantique mais sans militantisme non plus. Il montre dans ses motifs la dignité naturelle sans avoir besoin d'embellir quoi que ce soit.

Les Plumeuses d'oies

Les plumeuses d oies

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les Faiseuses de conserves

Les faiseuses de conserves

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En décembre 1873, Liebermann déménage à Paris et s'installe à un atelier à Montmartre. À Paris, il veut nouer des liens avec les réalistes et impressionnistes de son temps mais les peintres français refusent. En 1874, il expose ses Plumeuses d'oies au Salon de Paris où l'œuvre est particulièrement remarquée mais reçoit de mauvaises critiques de la presse influencée par les idéaux nationalistes.

III. Voyages

À l'été 1874, Liebermann séjourne pour la première fois à Barbizon, l’Ecole de Barbizon a joué un rôle majeur dans le début de l’impressionniste.

À l'été 1876, à Amsterdam, il fait la connaissance du graveur William Unger qui le met en contact avec Jozef Israëls et l'Ecole de La Haye. Dans son tableau École de couture en Hollande, Liebermann emploie l'effet de la lumière de façon déjà impressionniste.Puis, il décide de quitter Paris.

En décembre 1878, Max débute son Jésus à 12 ans au temple mais son travail est critiqué par le journal allemand .Au parlement bavarois, on lui retire en tant que juif, le droit de représenter Jésus de cette façon.

École de couture en Hollande

Ecole de couture en hollande

 

 

 

 

 

 

Jésus à 12 ans

Jesus a 12 ans

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

IV. Liebermann et la Sécession berlinoise
 

La Sécession berlinoise est une association artistique allemande fondée par des artistes berlinois en 1898 où Liebermann en est le chef.

En 1892, Liebermann déménage avec sa famille sur la Parizer Platz. Puis, suite à une exposition à Vienne, il reçoit la grande médaille d'or pour son œuvre "Femme avec des chèvres dans les dunes". La mort de sa mère en 1892 suit celle de son père en 1894 qui l affecte beaucoup. Grâce à cela, il hérite de sa fortune et peut donc se loger comme il le souhaite. Lors de cette période, il crée des toiles impressionnistes comme "L'avenue dans Overveen" en 1895. Grâce au portrait qu’il a fait de son ami, il remporte le premier prix à Venise. En 1896, Liebermann accompagne le directeur de la National Gallery à Paris pour chercher des toiles impressionnistes, là bas, il rencontre Edgar Degas. A l’occasion de son 50e anniversaire, l’académie des beaux arts consacre toute une salle d'exposition où il y reçoit une grande médaille d or. Il décide de fonder une communauté d artistes indépendants dont il est le président, la Sécession. La 1ère exposition de la Sécession en mai 1899 à Berlin devient un grand événement artistique européen. En 1901, il paint la Maison de campagne à Hilversum, qui suggère harmonie et calme. En 1892, Liebermann expose à Hambourg une collection de toiles ( Terrasse du restaurant Jacob et Allée des perroquets et l’atelier de l’artiste).En 1903, des disputes laissent entrevoir la crise de la Sécession. Depuis la mort d Adolphe Menzel qu’il a fortement influencé, il est devenu le représentant majeur de l’art berlinois. A partir de 1907, il commence à s’isoler du bruit fait autour de sa personne.

Femme avec des chèvres dans les dunes

Femme avec des chevres dans les dunes

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'avenue dans Overveen

Avenue dans overveen

 

 

 

 

 

 

 

 

 

V. La Sécession en crise

En 1908, la santé de Liebermann se dégrade alors il part en cure à Karlsbad jusqu’à 1910 et c'est à ce moment qu'éclate le conflit de génération entre l'impressionnisme et expressionnisme, le noyau de ce conflit n'est autre qu'Emil Nolde. Au printemps 1911, il fuit la Sécession en crise et se réfugie à Londres. Le 16 novembre, il se retire de la Sécession, cette décision marque la fin de la Sécession et scelle la disparition des impressionnistes allemands. L'université Friedrich Wilhelm le nomme docteur honorifique et il est invité à faire partie du sénat de l'Académie des beaux arts. En février 1914, est fondée finalement la Sécession libre. Liebermann se retire de plus en plus de la scène publique et se consacre à son jardin au bord du lac Wannsee.
 

VI. La guerre

Trois semaines après le déclenchement de la guerre mondiale, Liebermann se consacre à la propagande artistique de la guerre et dessine pour le journal Krieszeit. Plus la guerre s’accentue plus Liebermann se retire dans son intimité. En 1916, l’essai de Liebermann (Die Phantasie in der Malerei) est édité pour la première fois sous forme de livre. Il se consacre à l’illustration des nouvelles parutions en 1916 et 1917 comme Der Mann von funfzig Jahren de Goethe. Mais il ne réussit pas à percer dans ce domaine et délaissera les illustrations pendant 10 ans. A l'occasion de son 70e anniversaire, Liebermann est décoré de l’ordre de l’aigle rouge de 3ème classe sous autorisation de Guillaume II. Suite à un incident, Liebermann voit les changements politiques d’un mauvais œil.

Die Phantasie in der Malerei

Die fantansie in der malerei

 

 

 

 

 

 

Der Mann von funfzig Jahren

Der man von funfzig jahren

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

VII. La fin de sa vie
 

La nomination de Max Liebermann co mme président de l'Académie prussienne des arts de Berlin, met définitivement un terme à l'époque du mouvement sécessionniste. Il essaie de regrouper les différents courants dans l'Académie et y intègre aussi l'impressionnisme.

En 1927, à l'occasion de son 80° anniversaire, les médias et le monde artistique le célèbrent ; Berlin lui décerne le titre de citoyen d'honneur, le Président du Reich Paul Hindenburg le décore de la Grande Croix de l'ordre de l'Aigle germanique en signe de "remerciement du peuple alleemand", le Ministre de l'intérieur Walter VonKeude, lui décerne la médaille d'or gravée des mots "pour ses mérites envers l'Etat".

En 1932, il tombe gravement malade et c'est pour cela qu'il quitte son poste de Président de l'Académie des Beaux Arts et en devient le président d'honneur mais il guérit trés rapidement après. Comme son opinion n'est plus respectée, il quitte l'Académie ; il se retire de la scène publique et seuls quelques amis lui restent fidèles.

Max Liebermann meurt le 8 février 1935dans sa maison de la Parizer Platz. Son masque mortuaire sera sculpté par Arno Becker suscitantdes polémiques à cause de son rôle d'artiste préféré d'Hitler et de son attachement au Nazisme.

Les médias n'accorderont aucune attention à son décès et l'Académie, sous le contrôle des Nazis, refusera de l'honorer.

Peu avant sa déportation pour Theresienstadt, sa femme prend une surdose de véronal et décède le 10 mars 1943.

 

Inès AZZOUZI

Marie FIEUX

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site